Les problèmes causés par les coccinelles asiatiques

Pourquoi la coccinelle asiatique est-elle devenue invasive ?

coccinelle 1

La coccinelle asiatique, Harmonia axyridis, a été utilisée en tant qu’agent de contrôle biologique des pucerons dans le monde entier. Lâchée volontairement en masse pour sa grande voracité envers les pucerons, cette espèce a rapidement envahi l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Afrique du Sud.

Vu le développement exponentiel d’H. axyridis, celle-ci est devenue, en un temps record, l’espèce de coccinelle la plus abondante retrouvée dans de nombreux habitats. En Wallonie, elle est d’ailleurs devenue en 10 ans l’une des cinq espèces les plus abondantes observées au sein des habitats agricoles.

Outre le fait que H. axyridis élimine les populations de coccinelles indigènes et autres insectes aphidiphages, ce qui engendre des problèmes écologiques, l’invasion de cette coccinelle occasionne également de nombreuses nuisances tant au point de vue de l’économie que de la santé humaine.

Les problèmes causés en viticulture

coccinelle raisin

H. axyridis est considérée comme une peste pour la production du vin. Les proies devenant rares en automne, les coccinelles s’agrègent et se nourrissent du sucre contenu dans les fruits. Ces invasions sont particulièrement problématiques pour les viticulteurs.

Les pertes économiques peuvent devenir importantes : les coccinelles sont très difficiles à enlever lors de la récolte du raisin. Les individus qui restent cachés dans les grappes sont écrasés avec les raisins, lors des procédés de pressurage ou de foulage. Les alcaloïdes toxiques contenus dans leurs corps contaminent alors le vin, qui devient infecte.

Les problèmes causés dans les habitations

coccinelle 3

Dès le début de l’automne, les coccinelles recherchent un lieu propice pour passer l’hiver et s’installent alors le long de nos châssis intérieurs et dans les replis de tentures.

Agrégées en grand nombre, cette espèce peut engendrer un impact négatif direct sur l’homme. Outre la nuisance visuelle causée par un agrégat d’insectes chez soi, les nuisances hygiéniques et olfactives sont les plus gênantes. En effet, les coccinelles laissent derrière elles des taches jaunâtres sur les murs et tentures. De plus, elles libèrent des composés chimiques odorants qui peuvent provoquer allergies, conjonctivites, voire des réactions urticaires. 

Lâchée volontairement en masse pour sa grande voracité envers les pucerons, cette espèce a rapidement envahi l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Afrique du Sud.

Qui sont ces coccinelles asiatiques ?

couleurs coccinelles

Cycle1

La coccinelle asiatique appartient à l’ordre des coléoptères et fait partie de la famille des Coccinellidés.

Elle se nourrit de pucerons, de psylles et de cochenilles, avec une voracité plus importante que celle des espèces autochtones, surtout aux stades larvaires 3 et 4 (jusqu'à 100 pucerons par jour !). Il s’avère qu'elle s'attaque également aux autres coccinelles locales et à d'autres insectes.

La coccinelle asiatique est originaire de Chine. Dès le début du siècle, mais surtout plus massivement vers la fin des années 1980, elle a été introduite dans de nombreux pays (Europe, Etats-Unis, Canada) pour sa grande voracité (agent de contrôle biologique des pucerons, d’acariens et d’autres insectes). Vu son haut taux de reproduction et sa grande résistance, elle est devenue l’espèce de coccinelle la plus abondante retrouvée dans de nombreux habitats.

Cette coccinelle présente une large gamme de coloris, allant du rouge à points noirs au noir à points rouges, en passant par de nombreuses nuances de jaune. Les élytres sont ornés de zéro à 19 points.

Prolifiques, les femelles de cette espèce peuvent pondre jusqu'à 2500 œufs durant leur vie à un taux de 20 à 30 œufs/jour. Au premier stade, la larve mesure environ 2 mm puis grandit jusqu’à atteindre environ 10 mm dans le quatrième stade. La coloration de la larve change à chaque stade larvaire. La chrysalide est accrochée en hauteur, à une feuille ou branchette. L’adulte, qui mesure entre 5 à 8 mm, vit normalement de 30 à 90 jours selon la température

Elle se nourrit de pucerons, de psylles et de cochenilles, avec une voracité plus importante que celle des espèces autochtones.

Les solutions actuelles

Ces coccinelles sont un réel problème pour l’agriculture et le particulier. Une fois les individus installés sur les fruits ou dans les maisons, les moyens de lutte actuels sont inexistants voire dangereux (par ex. utilisation d’insecticides).

Méthodes actuelles utilisées en viticulture

La méthode actuelle de lutte contre la coccinelle dans les vignes est mécanique. Le principe est de secouer les grappes afin d’en chasser les insectes (qui reviennent rapidement) et de rincer plusieurs fois les grappes de raisins dans des baquets d’eau avant de les écraser. Cette onéreuse opération (main-d'œuvre, perte de temps) augmente la consommation d’eau liée à la production du vin.

Comme la coccinelle asiatique n’a pas encore développé de résistance aux insecticides, certains viticulteurs en font usage afin d’éliminer les coccinelles présentes dans leurs vignes. Cependant, l’utilisation d’insecticides ne règle pas le problème car les individus morts restent souvent accrochés dans les grappes (et donc contamineront le vin). Ces cadavres d’insectes doivent donc être éliminés via des opérations de rinçages répétées. De plus, l’utilisation de pesticides peut être encore plus onéreuse à long terme. En effet, leur utilisation peut être toxique pour l’humain et pour la faune auxiliaire ce qui peut perturber l’écologie du vignoble à long terme.

Méthodes actuelles utilisées dans les habitations

Les meilleurs efforts de colmatage n’en viennent pas à bout : les chercheurs conseillent d’aspirer les agrégats et de les placer au congélateur afin de tuer les individus. En effet, relâchées vivantes à l’extérieur, les coccinelles n’ont qu’un réflexe : retourner aussitôt vers leur lieu d’hivernage.

Une fois les individus installés sur les fruits ou dans les maisons, les moyens de lutte actuels sont inexistants voire dangereux (par ex. utilisation d’insecticides).

Notre solution

Notre objectif est de proposer une solution efficace et écologique (sans pesticide) visant à contrôler les populations de coccinelles asiatiques et ainsi améliorer la qualité de vie des particuliers et diminuer les pertes chez les viticulteurs.

La communication chimique de la coccinelle asiatique est assez mal connue. Notre méthodologie sera d’étudier les moyens de communications chimiques utilisés par les individus, afin de les attirer vers un piège et de les éliminer sans composés toxiques.

La production de pièges adaptés pour les particuliers et les viticulteurs permettra à DOMOBIOS de devenir l’entreprise pionnière dans le développement de pièges écologiques pour le contrôle de la coccinelle asiatique.

Notre méthodologie sera d’étudier les moyens de communications chimiques utilisés par les individus, afin de les attirer vers un piège et de les éliminer sans composés toxiques.

Le saviez-vous ?

Halloween Lady Beetle

Aux Etats-Unis, où la coccinelle asiatique est devenue envahissante avant de l’être chez nous, on l’appelle Halloween Lady Beetle, car c’est principalement  au moment d’Halloween que la coccinelle asiatique fait parler d’elle, lorsqu’elle se prépare à affronter l’hiver. Alors que la plupart des coccinelles se réfugient par petits groupes dans la nature, la coccinelle asiatique n’hésite pas à envahir l’intérieur des habitations, par dizaines, centaines, voire milliers d’individus.

Cannibalisme

Très vorace (un adulte peut manger entre 90 et 270 pucerons par jour) et polyphage, la coccinelle asiatique se nourrit, à l'état adulte ou larvaire, pour l'essentiel de pucerons. Mais il arrive qu'elle s'attaque aussi à des psylles, des cochenilles, des fruits, voire... aux larves d'autres coccinelles ! D'où la crainte que ce cannibalisme, courant chez les coccinelles, affecte les espèces indigènes...

Notre pays est envahi

En Europe, l'acclimatation de la coccinelle asiatique a été observée en 2001 en Belgique. Au départ confinées aux abords des grandes villes, les observations se sont rapidement multipliées sur l'ensemble du pays, témoignant de l'expansion rapide de l'espèce. En 2004, la quasi totalité de la Belgique était colonisée...

Durée de vie

La coccinelle asiatique vit normalement de 30 à 90 jours selon la température mais sa durée de vie peut être supérieure à 1 an, voire aller jusqu'à 3 ans !!

Vin contaminé

Des travaux ont mis en évidence que les saveurs du vin étaient altérées lorsqu’il y a la présence d’environ 1 coccinelle par kilo de raisin. Le seuil de « contamination » est donc extrêmement faible ! Ce problème a engendré des pertes économiques importantes pour l'industrie aux USA et au Canada. En 2001, au Canada, il a fallu détruire un million de litres de vin en raison de leur mauvais gout lié à la présence de la coccinelle asiatique.

 

Contact

gwendolineVous avez des questions par rapport à ce projet ? Vos vignes sont infestées par la coccinelle asiatique ? Vous connaissez un vignoble infesté ? Votre habitation est envahie ? Vous voulez prendre part à ce travail de recherche ?

N’hésitez pas à contacter Gwendoline Clotuche, la chercheuse responsable de ce projet, à l’adresse email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 0486/42 33 92.

Afin de mener à bien ce projet, de nous permettre d'observer les coccinelles sur le terrain, nous sommes à la recherche de collaborations avec des particuliers qui hébergent des coccinelles à l'intérieur de leur habitation. Vous voulez nous aider à mettre en place une méthode de lutte efficace et respectueuse de l'environnement ? Rien de plus simple, il suffit de remplir ce formulaire